Analyses économiques (micro, macro, comportementales)

Groupe de travail:

Qays Bousmah, Sylvie Boyer, El hadji Ba, Richard Lalou, Cheikh Sokhna, Carole Treibich, Bruno Ventelou, Marc Willinger

Ce volet comprend deux projets : la réalisation d'une micro-simulation pour le financement de l'assurance-maladie, et un projet d'économie comportementale pour comprendre les processus de recours aux régimes socialisés de dépenses en santé. 

1. Micro-simulations du financement de l'assurance-maladie au Sénégal : Une note de politique présentant les principaux résultats de la recherche

2. Economie comportementale

Objectifs et problématique générale :

La démarche des économistes est à la fois théorique, empirique et, depuis une date plus récente, expérimentale. La recherche économique utilisant une approche expérimentale consiste à faire faire en "laboratoire", à des sujets recrutés pour l’occasion, des jeux de rôle, impliquant des tâches décisionnelles et à observer leurs décisions par exemple sous différentes situations risquées (on parle de « loteries »). Le projet serait d’étudier par des méthodes d’économie comportementale quelle(s) rationalité(s), et irrationalité(s), sont à l’œuvre dans l’adhésion à une mutuelle. Une des grandes questions est d’étudier en quoi l’aversion au risque contribue, ou au contraire décourage, le recours à l’assurance maladie mutualiste (un des faits stylisés de l’assurance mutualiste dans les pays du Sud étant que, contre toute attente, les sujets les plus averses au risque renoncent à l’assurance –sans doute par manque de confiance dans les systèmes proposés, voir Dercon et al, 2011).

Méthodologie :

Il s’agirait à l’aide de jeux (des choix de loteries, pour lesquels les sujets seront effectivement rémunérés), de déterminer l’attitude des ménages à l’égard des risques et du principe d’assurance mutualiste (d’adhésion volontaire), tout en estimant aussi l’attitude à l’égard de l’assurance publique de type Beveridgien (probablement par voie déclarative) ; l’enjeu étant d’évaluer la réponse comportementale des sujets à différentes propositions d’assurance maladie, voire d’éliciter leurs capacités contributives pour chaque type d’assurance (méthodes précises à définir, entre ‘choix discret’ ou ‘autre révélation’ par loteries -Schram & Sonnemans, 2011). Des échelles d’escompte du temps et de propension à coopérer seront également proposées, soit en utilisant des techniques d’élicitation toujours au travers de jeux (Gunnthorsdottir et al, 2007), soit en utilisant des échelles psychométriques plus traditionnelles (Dohmen et al, 2011 par exemple). Les gains seraient calibrés de façon à indemniser les participants pour l’équivalent d’une demi-journée de travail, au salaire pratiqué dans le pays.

Résultats attendus :

Au-delà de la valorisation des résultats par des publications scientifiques, les résultats attendus devraient permettre 1/ une meilleure compréhension du non-recours à l’assurance mutualiste, à partir des données de psychologie économique fines ; 2/ aux décideurs politiques de choisir des politiques publiques facilitant la mise en place d’un système complet d’assurance maladie, mélangeant par exemple assurance publique et complémentaire privée.

Suivez-nous

  • Twitter
  • YouTube